adresse de la MJC et du Moulin du Monde à Ris-Orangis

Agenda
 
Musiques Danses CMT
Compagnie de théâtre en résidence
 
Enfance/Jeunesse
International Actions

Brésil

Etats-Unis

Israël

Royaume-Uni

Suède

Salle de spectacle
Contact/Plan d'accès
Actualités des MJC
 

L'avenir ? c'est possible...

"Première classe"

Représentation le samedi 12 octobre à 20h30

 

 

«L’avenir ? C’est possible… »

Cette action est le fruit d’une collaboration entre la Maison des Jeunes et de la Culture de Ris-Orangis et l’École Polytechnique. Elle dure 6 mois (début octobre, fin mars), concerne 5 jeunes en service civique et 5 élèves de l’École Polytechnique en stage de « formation humaine », elle créé donc une rencontre « improbable » entre des jeunes formés pour être l’élite de la nation et des jeunes confrontés aux réalités sociales et parfois à ses difficultés, entre des jeunes à l’avenir tout tracé et des jeunes au futur incertain, débarrassant les uns et les autres de « stigmates » propres à la division : l’élitisme ou l’exclusion.

C’est sur le rapport au temps que la réflexion pédagogique de cette expérience a pris appui à partir de la composition mixte de ce groupe quant aux origines sociales et au parcours scolaire. Le groupe s’est rassemblé autour d’une question : « ma place dans le présent, ma place dans l’avenir » : avec pour mission de créer un objet collectif : un spectacle.
Des artistes ont été associés au projet et ont constitué une équipe pédagogique rassemblée autours d’une action éducative basée sur :
une formation pluridisciplinaire où chacun a eu matière à s’initier à : l’écriture, l’expression dansée, le jeu du clown, le jeu de l’acteur.
un projet de création
une valeur fondamentale : partager l’art, transformer la société.

L’action s’est répartie en trois séquences :

-Découverte de moyens et outils d’expressivité.
-Formation aux arts : par la transmission du savoir et de la technicité.
-Création d’un spectacle, par l’utilisation concrète et personnalisée des connaissances et techniques acquises dans les phases d’initiation et de formation. Les stagiaires ont ainsi choisi le thème de la pièce, ont élaboré une histoire et créé des personnages.

>Novembre / Février = atelier théâtre : 98h
>Novembre /Février = formation clown : 48h
>Février / Avril = mise en scène et répétition du spectacle
.

Présentation du travail au Cabaret Bastringue du 28 mars 2013.

« Première classe » est la conclusion sous forme de spectacle du travail de l’année 2012/2013, présenté à la MJC les 5 et 6 avril.

>Représentations scolaires : lundi 8 avril à 14h, 74 lycéens (lycée Mendes France – Ris-Orangis et lycée Gutenberg – Créteil)
>mardi 9 avril à 14h, 36 lycéens (lycée Gutenberg – Créteil) et 30 personnes (public libre et participants des ateliers Mieux lire mieux écrire)
>Mardi 28 mai à 20h30 représentation à l'école Polytechnique

 

l'avenir c'est possible

« Mesdames, messieurs, nous interrompons nos programmes pour un flash spécial. En pleine journée, une bande de 10 étudiants, enragés, affamés,  s’est jetée sur son professeur. Ils l’ont bâillonné, ligoté et enfermé. Ils prétendent désormais être libres, pouvoir donner libre cours à leur nature : chanter, danser, imaginer et inventer une nouvelle société, se prendre à rêver de vouloir tout changer.  Mais, ils nous font remarquer que le plus difficile est de se mettre d’accord et qu’ils ont bien besoin d’encore un peu de temps pour réfléchir : d’une récréation bien méritée. »
Première classe est une réponse au texte « Classe terminale » de R. De Obaldia écrit en 1973. 5 ans après Mai 68, Obaldia prend le parti de tuer les étudiants de son texte, ses étudiants, remplis d’allégresse, mourront avec leurs rêves. Première classe s’inscrit dans le contexte actuel. Besoin de faire une pause, de s’interroger sur le monde qui nous entoure. L’envie de s’insurger contre un système opprimant dont on ne voit d’échappatoire. Derrière l’école, mise en scène dans notre texte,  c’est toute la société qui est questionnée : « Comment veut-on voir pousser les petites graines d’êtres humains de demain ? Et comment apprend-on à rêver? »

Avec : Mastane ACHAB, Bilale AHMIMACHE,  Anne-Laure AUBERTIN, Moncef BIAZ, Amandine CHALARD, Aurore DELIAS, Leïla JALIL, Ainab MOHAMAD ALLY, Alexander SCHAUB, Xiayang ZHOU.

Atelier théâtre, texte et mise en scène : Sandra PETOUR
Formation « clown » : Marie-Pierre BOZEC

photo Eric Châlot

 

 

Le projet 2010 - 2011

Nous sommes huit.


Huit jeunes en formation à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de Ris-Orangis. Nous sommes réunis dans le projet "L'avenir ? C'est possible...". Dans notre groupe, nous sommes quatre volontaires effectuant notre service civique pour l'État, et quatre stagiaires de l'École Polytechnique, une grande école d'ingénieurs.

Le service civique, c'est une année passée dans une structure où nous développons des compétences, recevons une formation, acquérons une expérience professionnelle, pour rendre service à la population. Pour nous, c'est un peu une année de transition, et de réflexion sur notre projet professionnel, car on ne sait pas trop ce qu'on va faire après. On fait des découvertes et des rencontres, on se remet en question. On prend du recul, et on garde du temps pour réfléchir à ce qu'on veut faire plus tard.

Le stage de première année à l'École Polytechnique, c'est un stage de formation humaine, une coupure de sept mois avec le monde académique auquel nous appartenons. Dans le cadre du stage civil, on se retrouve plongés dans la société, en prise avec la réalité, en s'investissant à plein temps dans une association. On vit une expérience précieuse et unique, on découvre des personnes différentes, un monde inconnu auquel on s'attache, et qui nous ouvre des perspectives insoupçonnées alors que notre avenir semblait tout tracé.

Nous avons travaillé ensemble à plein temps, pendant six mois, dans un cadre professionnel, pour créer un spectacle sur le thème de l’avenir.

Nous n'avions aucune raison de nous rencontrer. Au début, ça a parfois été difficile d'aller les uns vers les autres. Nous avions tous des préjugés et des idées préconçues, même sans nous l'avouer. Travailler ensemble n'allait pas de soi. Le projet en lui-même nous paraissait également très flou, difficile à cerner, mais c'était un défi à relever. On trouvait ça "chelou", mais on était très enthousiastes.
           
Puis, avec le temps passé ensemble au sein du projet, nous avons pu faire connaissance, faire évoluer nos idées, nouer des liens.

Nous avons travaillé en deux temps :
Les premiers mois, nous avons été initiés à des pratiques artistiques : Théâtre, jeu du clown, image, arts plastiques, danse, régie son et lumière.
Ensuite, ces compétences acquises ont été réinvesties dans la création d’un spectacle, mêlant théâtre et danse. Nous avons participé activement à chacune des étapes : réalisation des chorégraphies, création de nos personnages, mise en relief par des improvisations, écriture du scénario et des textes du spectacle. Nicolas a également composé toute la musique du spectacle.

À l'approche du spectacle, tout s'accélère, le trac monte. Nous sommes tous très excités et impatients à l'idée d'être sur scène, de vivre la réalisation de notre projet. Même s'il y a parfois des doutes et des tensions, on trouve tous notre groupe formidable, et nous sommes soudés et confiants : nous allons réussir à mener à bien le projet, et faire vivre notre spectacle.

Création 2011

« Les pas perdus » :

 
« Ouvrons notre œil ; Nous sommes le témoin. Aujourd’hui, c’est un grand jour. Un départ, c’est toujours un grand jour. Les personnages sont là, prêt à quitter. Zoom. Une gare, des départs. Un dernier regard, un message, une trace sur le sable bientôt effacé par la marée. Travelling avant. Mettre le pied devant l’autre. Faire les premiers pas. Puis d’un pas décidé « avancer ». Hésiter. Se reprendre. Partir. Nous surplombons la scène. Plan fixe sur huit personnages : candidats au rêve américain, aux émissions de télé-réalité, à l’engagement militaire, au retour aux sources, à la recherche de soi… Dans la grande salle des pas perdus, le temps s’arrête. »

 

 

Une exposition

L’avenir vu par 8 jeunes (4 services civiques et 4 polytechniciens) par le biais de l’art plastique : il peut être joyeux, morose, incertain, beau… etc. À vous de voir pour chacun de ces tableaux quelles émotions vous viennent à l’esprit.

Pourquoi l’avenir ? Parce que c’est le thème de ce projet dirigé par Sandra Petour. Pendant six mois, ces huit jeunes ont travaillé à l’élaboration d’un spectacle : la création danse-théâtre « Les Pas perdus ». Ces collages, qui ont été créés avec l’aide de Gilles (intervenant d’arts plastiques à la MJC), en font partie. Ce spectacle se déroule dans la salle d’attente d’une gare.

Bonne visite dans notre salle des pas perdus !

 


cliquez!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL