adresse de la MJC et du Moulin du Monde à Ris-Orangis

Agenda
 
Musiques Danses CMT
Compagnie de théâtre en résidence
 
Enfance/Jeunesse
International Actions

Brésil

Etats-Unis

Israël

Royaume-Uni

Suède

Salle de spectacle
Contact/Plan d'accès
Actualités des MJC
 

Ecole de la République

école de la République MJC de Ris-Orangis

Programme ER Paroles de stagiaires Conférences audioblog
Initiation au droit et à la philosophie juridique  
Partenaires    
    Contact

 

saison 2013/2014

L’École de la République est un projet, organisé depuis ses débuts sous forme d’un cycle de conférences à la MJC, le jeudi soir, pour permettre à qui le souhaite de découvrir ou de redécouvrir les valeurs qui fondent notre République.
Nous avons créé différents partenariats avec d’autres associations pour construire ce programme de conférences notamment avec le REP (Réseau d’Éducation Populaire) et l’UFAL IDF (Union des familles laïques).
Pour cette nouvelle saison, qui débutera en octobre 2013, nous avons souhaité diversifier ce programme, en articulant les conférences classiques avec des conférences gesticulées, des visites d’institutions, des ciné-débats, des ateliers de travail et d’échanges plus participatifs,…
Les thèmes abordés seront, entre autres, la République, ses valeurs et ses institutions, les institutions européennes, l’école, l’économie et le néolibéralisme, le travail…
Le programme détaillé sera disponible en septembre auprès de Laura Bleton : Mail : lbleton@mjcris.org Tel : 01 69 02 13 20, et sur le site de la MJC : www.mjcris.org

 

Programme

Conférences de février à mai 2014

Dans le cadre de l’École de la République

L’École de la République est un projet, organisé depuis ses débuts sous forme d’un cycle de conférences, le jeudi soir au Moulin du Monde de la MJC, pour permettre à qui le souhaite de découvrir ou de redécouvrir les valeurs qui fondent notre République, mais aussi de s’interroger sur les enjeux de notre société.
Nous avons créé différents partenariats avec d’autres associations pour construire ce programme de conférences notamment avec le REP (Réseau d’Éducation Populaire), l’UFAL IDF (Union des familles laïques), ATTAC Centre-Essonne, la MJC de Chilly-Mazarin.
Chaque conférence est suivie d’un temps d’échange pour débattre ou poser vos questions
L’accès à l’École de la République est libre, gratuit et ouvert à tous.

Ce semestre, les thèmes abordés seront :

- Le 6 février à 20h30: La crise économique : D’où vient-elle, quelle est son histoire ? Quelles sont ses conséquences : crise financière, de la dette, austérité…  Les différentes façons de la résoudre selon les différents économistes.

- Le 13 février à 20h30: Le chômage : Qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les différentes catégories du chômage ? Les différentes façons de résoudre le chômage selon les différents économistes.

- Le 6 mars à 20h30: Les différentes finalités de l’école : Pourquoi a-t-elle été fondée à la base, avec quels objectifs pour les penseurs de l’époque ? Quelle fut son évolution au fil du temps ? Actuellement, quelles missions remplit-elle : éducation, adaptabilité au marché… ?

- Le 3 avril à 20h30: Les inégalités en France

- Le 15 mai à 20h30: Le syndicalisme : Qu’est-ce que le syndicalisme, quelle est son histoire ?   Quels sont les enjeux du syndicalisme aujourd’hui ?

 

Contacts : Laura Bleton : lbleton@mjcris.org 01 69 02 13 20
Moulin du Monde de la MJC : 12-14 Place du Moulin à Vent 91130 Ris-Orangis

 

Pourquoi créer une école de la République à la MJC ?

La MJC se revendique de l’Education Populaire. L’Education Populaire c’est l’éducation à la citoyenneté et donc au politique.
Le mot « politique » a été galvaudé au cours du siècle et a même fini par prendre un sens péjoratif.  Pourtant, il est essentiel si l’on veut comprendre sa situation personnelle dans le contexte que nous vivons, de ne pas prendre comme « normal et naturel » l’ordre des choses.

La première étape de l’éducation populaire est donc la formation d’une « conscience politique », chez tout citoyen, quelque soit sa situation ou son « niveau » de culture.

Par conscience politique, nous voulons parler de la compréhension de l’organisation sociale.

Comprendre, par exemple, que les problèmes politiques sont liés aux problèmes économiques, sociaux, moraux, culturels, historiques ou philosophiques.

Comprendre qu’on ne peut pas rendre compte d’une situation concrète, en faire une lecture valable, sans avoir une vision d’ensemble de ces problèmes. On ne naît pas citoyen, on le devient.

Dans la pure tradition de l’Education Populaire, l’accès est libre, gratuit et dispensé par des personnes de tous bord du mouvement associatif, syndical et politique.

Vous voulez vous former, comprendre, réfléchir, analyser le monde actuel ? L’école de la République est faite pour vous ! Des hommes politiques de tous bords, des syndicalistes, des universitaires vont se succéder tout au long de l’année pour aborder différents sujets.

Pour écouter, enregistrer certaines conférences

 

haut de page

 

L’école de la république
vue par ceux qui la fréquentent…


L’école de la république est un cycle de conférences traitant des valeurs républicaines et de sujets de société. Ces conférences sont gratuites et ouvertes à tous. Cette année nous avons intégré ce cycle de conférence à la formation citoyenne des jeunes que nous accueillions à la MJC (stagiaires, services civiques et stagiaires de l’école polytechnique). Nous avons donc travaillé avec eux les différents thèmes évoqués et ils ont construit, à la lumière de leur expérience de l’année, le nouveau cycle de conférence que nous vous proposons à partir du mois d’octobre.

C’est eux qui en parlent:

«Pour nous, elle nous a permis de remettre à plat des connaissances qui étaient souvent floues voire absentes, de combler des lacunes dans notre formation de citoyen. Ces connaissances, pourtant utiles voire essentielles, sont généralement absentes du système scolaire. La MJC nous a permis de participer à cette construction, et ce point de vue est extrêmement intéressant. L’école de la république nous permet de nous informer, d’apprendre, mais également de participer à des débats, chose plutôt nouvelle, d’exprimer nos opinions, de les approfondir ou même de se les forger.»


«Ywen: je me sens bien d’un point de vue pédagogique et d’apprentissage, c’est intéressant mais parfois fatiguant aussi. Si on suit bien ça nous apporte beaucoup de choses.»

«Johanna: Ce sont des rappels au niveau du droit, de l’économie et de l’histoire pour ceux qui les ont étudiés. C’est mon cas donc pour certains thèmes je me sentais à l’aise. Je trouve ces conférences très intéressantes et enrichissantes sur un plan républicain. Le fait que nous devions créer le programme de l’année prochaine pour les prochains stagiaires me motive car je veux leur amener quelque chose de qualité.»

«Alice: Le débat permet la confrontation d’idées ce qui fait que cela nous oblige à exercer et à former notre esprit critique. C’est donc une expérience très enrichissante car elle nous permet de prendre conscience et/ou de construire nos points de vue.»

«Hawa: Au début je me sentais perdue, dans le sens où l’on devait parler de sujets assez flous pour moi et en plus les conférences étaient souvent animées par des personnes qui maitrisaient les sujets et donc je n’osais pas forcément poser des questions qui auraient pu être une réponse évidente pour eux. Mais au fur et à mesure je me sentais mieux, c’est instructif et bon pour le mental.»

 

haut de page

 

Parole d’un stagiaire:

Nous travaillons toute l’année à l’accueil de stagiaires au sein de la MJC pour des périodes plus ou moins longues. L’année précédente nous avons accueilli un jeune intéressé par le journalisme qui a voulu nous écrire un petit article pour «Délibérations».

Je m’appelle Mathieu, j’ai quinze ans et j’ai fait mon stage de troisième à la MJC de Ris-Orangis. La MJC est une association qui propose aux personnes intéressées différentes activités culturelles, sportives, littéraires, … Je fais du théâtre à la MJC et j’ai déjà participé à certains projets. Mon intention en venant ici était de découvrir comment fonctionne cette association et quels sont ses principaux secteurs d’activités. J’ai pu observer tout au long de mon stage les réunions données sur l’enfance, le budget, l’économie, … J’ai aussi découvert le Moulin du monde, qui se trouve au plateau, et qui accueille les enfants comme les parents sur différents niveaux: projet d’alphabétisation, sortie à la ferme,… J’ai découvert les autres ateliers théâtre, musique, mais j’ai surtout appris qu’à la MJC tout le monde aide tout le monde et que dans le personnel associatif tout le monde s’apprécie. La MJC est donc une association qui s’occupe des habitants de Ris en leur proposant des activités diversifiées qui leur permettent de se retrouver dans la bonne humeur.

Les Délibérations

Les Délibérations sont les journaux de la MJC. Ils informent des activités passées et des activités à venir. Des résultats aux questions posées aux adhérents sont aussi publiés, on peut y trouver des débats, des interviews, des informations sur les spectacles et sur les activités proposées. Les dernières nouveautés sont expliquées. Une programmation est disponible à la fin du journal.
Je pense que le fait d’informer les citoyens de ce qui se passe à la MJC est une bonne chose, le fait de poser des questions aux adhérents sur ce qu’ils pensent de la  MJC me plaît. Je trouve justement que la MJC devrait appuyer encore sur ce point qui me paraît important.
La MJC est avant tout une association faite pour les citoyens.

Mathieu

 

 

haut de page

 

L’école de la république est un projet de cycle de conférences à la MJC, le jeudi soir, pour permettre à qui le souhaite de découvrir ou de redécouvrir les valeurs qui fondent notre république.

Nous avons crée différents partenariats avec d’autres associations pour construire ce programme de conférence notamment avec le REP (réseau d’éducation populaire) et l’UFAL IDF (Union des familles laïques)

 

 

 

haut de page

 

PARTENAIRES

 

ATTAC  CENTRE  ESSONNE
Maison de quartier Champs-Elysées
Place Troisdorf  91000 EVRY
Centressonne@attac.org
   
Tél: 01 60 75 37 61  /  01 60 75 33 69


Site internet : http://www.local.attac.org/attac91/

 

 

l’UFAL,
c’est quoi l’UFAL?

L’Union des Familles Laïques (UFAL) s’inscrit dans un courant d’éducation populaire tourné vers l’action et est agréée à ce titre par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle développe chaque année plusieurs dizaines de conférences destinées non seulement à ses adhérents mais aussi en réponse aux demandes du mouvement social (syndicats, mutuelles, par ex.), outre des sessions de formations internes. 
En 2009, l’UFAL a initié des séries de conférences intégrées sous l’en-tête de «La République», qui pour nous - dans la lignée de Jean Jaurès - permet de lier le combat laïque et le combat social.
C’est pourquoi nous avons répondu avec enthousiasme à la proposition de la MJC de participer à l’Ecole de la République créée à la MJC de Ris-Orangis, d’autant plus que nous apprécions sa conception et sa pratique de l’éducation populaire, que le directeur est d’ailleurs venu exposer devant l’Assemblée générale de l’UFAL de mars 2011, et qui a été suivi d’un débat nourri sinon unanime...
C’est donc pour nous, en liaison avec l’équipe de la MJC, un engagement dans la durée important et valorisé, même s’il est modeste, parce qu’il ouvre la voie à une expérience concrète de «conscientisation», indissociable de la prise en main de la citoyenneté en vue de l’émancipation individuelle et collective.

Union des Familles Laïques - 27 rue de la Réunion, 75020 PARIS - 01 46 27 09 25

www.ufal.org

 

haut de page

 

 

RENSEIGNEMENTS - INSCRIPTIONS

Laura Bleton
MJC de Ris Orangis
10 Place Jacques Brel
01 69 02 13 20

lbleton@mjcris.org

 

 

 

 

 

haut de page

 

 

Initiation au droit et à la philosophie juridique, les mercredis:

prochaine date le Mercredi 11 décembre à 20h30 à la MJC

Ces rendez-vous sont l’occasion pour vous de comprendre davantage le système juridique français et de poser des questions sur des problématiques que vous rencontrez dans votre quotidien.


Maître Jacques VAROCLIER est avocat d’affaires à Paris ; à ce titre, il s’occupe de conseiller et défendre des sociétés, êtres économiques qui connaissent un cycle de vie ponctué d’événements juridiques, contractuels, contentieux et judiciaires.

A priori son activité aurait pu sembler l’éloigner de nos objectifs ou motivations.Pourtant, derrière le métier, nous avons rencontré un homme attentif à l’importance du micro-agir et sensible aux initiatives de renforcement du lien social qu’à ses yeux, le droit a vocation à tisser.
Il se propose de venir débattre avec nous et partager réflexion sur divers thèmes relatifs au droit ou à la justice. Il n’est pas convié pour donner des consultations mais pour être à l’écoute des questions que vous vous posez sur le plan sociétal ou dans votre ressenti du monde de la justice.
Lors d’une première rencontre organisée le 23 juin dernier, il nous a proposé de réfléchir à l’idée de Justice.
Tout comme la société est une création d’essence juridique symbolisant le passage politique et contractuel d’un état de nature à un état de culture, le droit est l’instrument susceptible de codifier, promouvoir et veiller au respect de droits fondamentaux.

Certains sont individuels comme ceux inscrits dans la Déclaration des Droits de l’Homme et des Citoyens du 26 août 1789, au rang desquels figurent les libertés d’opinion, religieuse, d’expression, ou les droits de la défense.

Ceux figurant dans la constitution de 1946 sont davantage d’essence collective puisque le préambule de ce texte énonce les droits relatifs à la famille, la liberté d’association, aux salariés à qui sont reconnus les droits de grève, de se syndiquer ou même le droit au travail.

En dehors de ces sphères constitutionnelles, le droit apparait comme un outil d’autonomie, de développement et transformation érigeant en postulat un principe d’égalité, face à une réalité assise sur un permanent rapport de forces.
Lacordaire, moine dominicain et député de la Constituante de 1848 s’est rendu célèbre par ses actions politiques, sa généreuse ambition de rénovation de la société et une maxime exprimant sa conviction en la force du droit : « Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ». Lacordaire savait que la liberté sans égalité ni responsabilité conduit à « le fort » à abuser et opprimer.

C’est pourquoi, seule une loi juste peut « affranchir » c’est-à-dire offrir la liberté enfixant des limites choisies par une volonté générale, moins égoïste que la somme des volontés individuelles.
Enclin à privilégier ses intérêts personnels, l’homme sait qu’il doit pondérer ses revendications avec les exigences de la vie en société. C’est le paradoxe de l’ «insociable sociabilité » de Kant ; à l’égoïsme de la liberté individuelle s’oppose le besoin de l’individu de vivre en société. Ce choix « contre nature » est guidé par le souci de vivre en paix ; en adhérant au contrat social, l’homme acquiert une sécurité qui dissipe la peur laquelle constitue ainsi l’un des fondements du droit.

Pour le philosophe politique John Locke, la liberté implique obéissance à une « loi de justice » guidée par une liberté tempérée, ayant pour limite celle d’autrui et reposant sur l’égalité, principe fondateur de la démocratie. Ainsi le droit est à la fois un reflet de la société mais aussi l’instrument donnantexpression légale à des valeurs et objectifs sociétaux partagés. Il fait oeuvre de reliance puisque la vocation d’une République est de créer communauté et offrir à ses membres une vie de dignité.

Le droit nous accompagne dans tous les actes de notre vie : chacun le pratique au quotidien comme Monsieur Jourdain la prose et il importe de le mieux comprendre pour mieux s’en prévaloir.

Notre époque est riche en illustrations où le droit et la justice font débat dans leurs insuffisances à rapprocher égalité de droit et de fait, éroder les inégalités et réaliser la justice sociale. A n’en pas douter, les sujets de débat seront nombreux.

Dans cet esprit et au cours des séances de la saison 2011/2012, nous évoquerons l’actualité sous l’angle du droit au gré des manifestations d’intérêt exprimées, pour la mettre en perspective avec ses corrélations juridiques ou judiciaires.

 

Jacques Varoclier.

 

haut de page